ÊTRE MALADE …

Je ne pouvais écrire ces mots sans aborder ma foi chrétienne.


ÊTRE MALADE ET CROIRE QUE LA VIE S’ARRÊTE

Être malade et se rendre compte que j’ai soif de tout !

Il y a 1 an j’ai appris que j’étais malade. Il y a 1 an j’ai senti le sol se dérober sous mes pieds, ma tête explosée.

Il y a 1 an durant un cours instant je suis devenue muette parce que je n’arrive pas y croire que cela arrive à moi !!

N’avais-je pas déjà assez souffert ? Fait face à tant d’épreuves que j’ai arrêté de les compter ?

Puis au fil des rencontres, au détour d’une conversation, le Seigneur a mis sur mon chemin des personnes formidables qui m’ont tant donné sans attendre en retour.

Oui cela a été un moment difficile pour ma foi en Dieu, ma foi en moi. Ma foi simplement.

Et aujourd’hui 1 an plus tard, je me remercie parce qu’aujourd’hui je peux prononcer le mot CANCER.

Ce n’est pas un gros mot ! C’est juste une maladie ! C’est la vie, car la maladie fait parti de la vie.

Ce n’est pas être défaitiste de le dire. C’est être consciente de la réalité et de l’accepter.

Une amie m’a dit un jour : « Le hasard n’existe pas, c’est le Seigneur qui voyage incognito. »

Plus que tout j’en suis convaincu aujourd’hui, parce que ma maladie m’a sauvé.

aviary-image-1520076142225




TOUT LÀ HAUT IL VEILLE SUR MOI !

Je me suis sauvé parce que cette épreuve de ma vie m’a permis de faire face à des situations que j’ai fui tant d’année.

Parce que j’avais peur de ne pas être aimée par ma tendre famille qui m’étouffait, m’écrasait et me pressait comme un citron. J’avais peur de ne pas être considérée, de me sentir seule sans eux.

Après tant d’année à être serviable j’ai dis STOP, je ferme boutique. Une boutique qui tournait à perte à mon niveau et n’était rentable que pour les autres.

Car j’ai réalisé qu’ils n’étaient pas là, qu’ils ne m’avaient pas permis de m’asseoir prés d’eux dans le train de la vie. Sans doute je ne répondais pas à leur grille de critère. Mon curriculum vitae n’est pas assez prestigieux pour eux.




SI CE QUE TU A ME DONNER N’EST PAS DE L’AMOUR ALORS LAISSES MOI.

Même ma maladie ils ne me l’accordent pas ! Pour qui se prennent-ils ?

Oui j’ai fait le ménage, dit des vérités. Et vous savez quoi ? Le sol ne s’est pas effondré, le ciel n’a pas grondé.

J’ai fait en parti la paix avec moi, c’est le travail de toute une vie, parce que j’ai accepté de me pardonner. J’ai une explication avec moi même, mis carte sur table pour dire :

STOP tu as fait du mieux que tu as pu avec ce que tu avais avec sincérité.

Oui tu leur as donné un pass pour s’ingérer dans ta vie. Et alors ? Retires leurs tous leurs accès !

img-20170219-wa0000




APRÈS LE DÉSARROI, J’AI SENTI UNE FORCE MONTÉE EN MOI.

Alors oui des fois, je peux avoir des bouffées d’angoisse, ressentir du stress. Et alors ?

J’ai appris à l’accepter ce n’est qu’un moment difficile. J’ai appris à consentir à la vie parce que je ne suis qu’un être humain avec des faiblesses et surtout ma singularité

Et plus que tout la vie continue, ce n’est ni ma première et ni dernière épreuve !

Le seigneur n’a pas dit que cela serait facile, mais que cela est possible !

Me voilà donc de retour !!

Mymys
Publicités

A toi mon corps …

Tu as de l’importance
C’est devant un grand miroir dans l’un de ces nombreux magasins anonymes que j’ai affronté pour la première fois en 8 mois : mon reflet.
Je ne me suis pas laisser le choix, je voulais être belle pour le réveillon de Noël. Et quelle claque, je ne me suis pas reconnue.

« Qui es-tu ? Oui qui est tu ? »
Ces poignées d’amour qui ne le sont plus …
Ce ventre qui est encore là … qui tombe
Ces seins … Un jour ils ont été rebondis

Lire la suite

Totalement marbré

Du fait maison en en-cas 

 

 

La vie est faite de surprise, d’épreuves, d’imprévus. Certains sont agréables et d’autres une peu moins.

Bien souvent ils impliquent une prise de conscience, un ajustement.

C’est ainsi qu’est rentré le fait maison de plein pied dans notre routine pour prendre soin de notre santé.

Oui quant à passer du temps à bien choisir le goûter de mes loulous, passer un temps fou à lire des étiquettes … Oui  autant consacrer ce temps à faire des petits gâteaux plein d’amour que je glisserais dans le sac de ma princesse.

Me voilà donc lancer à l’assaut de gâteau marbré sans lait, ni beurre.

Lire la suite

Entre deux tranches d’affection

Une pluie de fous rires râpés

 

 

Il a de ces instants magnifiques avec les enfants ou les laisser faire est un vrai régale.

J’aime l’idée d’apprendre, de montrer qu’avec nos dix petits doigts, il est possible de réaliser de véritables chefs-d’œuvre.

Quoi de mieux que des croque-monsieur pour exemple.

C’est donc armer de nos tabliers que nous sommes lancés à l’assaut de notre repas du soir : Monsieur croque-monsieur.

En premier, la béchamel qui servira à garnir et gratiner.




 

ÉTAPE 1

Grâce une casserole de lait frémissant avec une noix de beurre, un peu de sel, et surtout de la farine, la magie a opéré. C’est émerveillé que mes loulous ont vu le mélange s’épaissir un peu plus à chaque cou de fouet.

 

ÉTAPE 2

Puis est venu le montagne : une tranche de pain de mie, du gruyère râpé, du jambon, la béchamel, du gruyère, une tranche de pain de mie, la béchamel et du gruyère.




 

Hop hop hop au four.

 

Bilan :

Mes enfants ont appris qu’une succession d’action réalisées l’une après l’autre aboutie à une belle récompense.

Ils ont aussi expérimenté la patience, car il faut savoir prendre le temps.

Ils ont surtout beaucoup ri en mettant du gruyère un peu partout. Ils se sont même sacrifiés en mangeant des petits bouts de jambon pour donner une forme à peu près carré à la tranche.

Plus que tout je tiens à chaque fois à piquer leur curiosité.

 

 

img1511909651040

 

 

Selon moi,

 

l’éveil de l’enfant voyage partout incognito. 

 

 

 

 

Mymys

 

Une déclaration

Mes amours …
Aujourd’hui grâce à vous je SUIS.

À vouloir être une femme que je ne suis pas une femme, qui ne me ressemble pas j’ai tout bonnement avec le temps oublié … Oublier de penser à moi.


 

Pensant que faire passer les autres avant moi, ferait de moi une personne valable, oui une personne qui existe je me suis brimer.

Par peur d’être juger égoïste, je me suis maltraiter.

Et cela fait temps d’années que j’ai oublié de compter.


Lire la suite

Accepter de perdre pied …

Donner la vie et lâcher prise 

Voilà 4 mois que je chemine, que je converse avec MOI. Que je me console parce que je prends conscience que je suis dure avec moi-même. Que je me suis maltraitée tant d’années.

Et ce n’est pas facile. Je tâtonne, trébuche mais je me relève en me rattrapant aux bienfaits qui m’entourent. Surtout je me pardonne de tout à chaque fois je fais de mon mieux.

4 mois … J’ai eu besoin de 4 mois accepter un fait, « un accouchement qui chamboule tout ».  Et que je suis fière de moi. Je l’ai fait. Je le dis.

Oui !! L’arrivée de mon loulou a brisé tous mes carcans.

Et aujourd’hui je me réveille, je prends conscience de ce qui m’entoure. Lire la suite